Secteurs
RH
.
3
min

Comment prévenir les accidents du travail ?

Carlotta
Carlotta
9
November
2020
-
Mis à jour le
13
.
11
.
2020
Comment prévenir les accidents du travail ?

L’hôtellerie-restauration fait partie des univers à « risques », où il n’est malheureusement pas rare de constater des accidents du travail, plus ou moins graves. De la petite entorse à la plus grosse coupure, les salariés sont régulièrement confrontés à des situations délicates dans le cadre de leur activité.

Et puisqu’il vaut mieux prévenir que guérir, il est primordial de mettre en place des actions de prévention pour que la seule chute constatée soit celle du nombre d’accidents !

 

Identifier l’ensemble des risques

 

Quiconque a déjà passé une journée en salle ou en cuisine a pu constater la quantité d’éléments à risques, entre les machines à découpe, les couteaux, les feux…

 

Pourtant, les risques physiques les plus évidents, ne sont pas pour autant les plus fréquents : si l’utilisation d’objets tranchants est une cause importante de risques, la répétition de gestes pouvant troubler des TMS (troubles musculo-squelettiques) l’est encore plus.   


En complément de ces risques physiques, les établissements peuvent présenter aussi plusieurs risques « invisibles » et psychosociaux : le travail éprouvant, parfois de nuit, peut être une source de tensions, de stress, impactant directement le bien-être du salarié.

 

Les gênes auditives font aussi partie des risques de l’activité, souvent sous-considéré, comme nous l’évoquions dans notre article sur le sujet.

 

Il en va de la responsabilité de l’employeur que d’identifier ces différents facteurs, et prévoir les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de la santé physique et mentale de ses collaborateurs.

 

Optimiser du sol au plafond

 

L’optimisation des installations en cuisine concerne autant le sol que le plafond et les systèmes d’aération : ainsi, veillez à la qualité de la ventilation générale, pour permettre un renouvellement de l’air et limiter la densité des polluants dans les locaux.

 

Les sols doivent eux être antidérapants, et maintenus propres, secs et rangés pour limiter les risques de glissades et de chute. Ce suivi de la propreté des locaux incombe au propriétaire de l’établissement ou au manager en cas de délégation de pouvoir

 

Pour limiter la gêne sonore, vérifiez le bruit des machines lors de leur achat, séparez le plus possible les zones bruyantes (local de plonge et reste de la cuisine) et pensez aux traitements acoustiques des plafonds et des parois.

 

Bien s’équiper pour mieux protéger

 

Point important lors de l’achat, vérifiez que les matériels dans lesquels vous investissez sont en capacité d’assurer la sécurité de vos collaborateurs.

 

Chaque machine doit ainsi être munie de dispositifs d’arrêt d’urgence, interrompant l’alimentation en énergie, permettant de limiter les situations dangereuses.

 

La vérification du bon état de leur fonctionnement, ainsi que celui des protecteurs et des dispositifs de verrouillage, est fondamentale, et doit être réalisée régulièrement par le manager.

 

L’achat d’équipements peut aussi concerner la tenue de vos salariés, avec l’obligation de porter une tenue de protection en cuisine, assurant la sécurité des personnes les portant. 


Si ce port est variable d’un établissement à l’autre, il est pourtant un élément fondamental pour limiter les risques. À proximité des feux, il est important de prohiber les matières textiles portés au quotidien (polypropylène, polyester…), éviter de coller à la peau au contact d’une flamme.

 

Informer et former les collaborateurs

 

En complément des installations, la prévention passe aussi par la formation de vos salariés ainsi que leur information.

 

Pensez donc à leur partager les mesures de prévention contre l’incendie, les règles obligatoires sur l’interdiction de fumer, les moyens de secours et évidemment les mesures à prendre en cas d’urgence (coupure, brûlure, numéro des services de secours). Ces informations doivent être connues et facilement accessibles, grâce à un affichage.

 

Cette formation aux « bons gestes » passe aussi par celui des gestes professionnels corrects, de façon à limiter les troubles musculo-squelettiques : cet apprentissage peut être mené par le manager, comme le chef de cuisine ou son sous-chef, grâce à un suivi particulièrement attentif des collaborateurs et notamment des nouveaux arrivants.

 

Puisqu’il vaut mieux prévenir que guérir, ne transigez pas sur la sécurité au sein de votre établissement et échangez régulièrement avec vos collaborateurs sur ce sujet. Un salarié averti en vaut deux !

 


Articles similaires

Planifiez vos succès !

Un accès complet aux nouveautés de votre secteur !
🙌 Votre email a bien été enregistré
Oops! Something went wrong while submitting the form.