Secteurs
Restauration
.
5
min

CHR : Comment garder le lien et motiver vos équipes en attendant la reprise ?

Clélia
Clélia
17
March
2021
-
Mis à jour le
17
.
03
.
2021
CHR : Comment garder le lien et motiver vos équipes en attendant la reprise ?

2,1 millions de salariés étaient encore au chômage partiel en janvier 2021. Cette crise de l’emploi se prolonge et touche particulièrement les métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Aujourd’hui, les professionnels fermés s’inquiètent de la capacité de leurs équipes à reprendre le rythme d’une vie dans le CHR. Horaires décalés, week-end travaillés, services intensifs : toutes ces caractéristiques sont spécifiques aux métiers de l’hôtellerie restauration qui rendaient déjà l’embauche de personnel qualifié délicate... Les employeurs ont aussi peur de retrouver des équipes démotivées voire déprimées et affaiblies. Le physique ainsi que le moral ne seront pas toujours présents à la réouverture !

 

Beaucoup de professionnels assistent déjà à l’abandon de certains membres de leurs équipes qui ont décidé de se reconvertir vers des métiers où les perspectives sont moins floues. 

 

Mais ne partez pas perdant ! Beaucoup d’actions peuvent être déployées pour contribuer à une reprise plus efficace et rapide, pour les dirigeants comme pour les équipes. Les intervenantes du webinar en ont partagé plusieurs qu’elles ont mises en place dans leurs établissements.

 

Profil des intervenants du webinar :

 

👉 Sonia Alves : Vice-Présidente du GNI Centre-Val de Loire, propriétaire du bar “66” et du restaurant “Bidule” à Orléan. L’un de ces établissements est fermé et un est ouvert en vente à emporter.

 

👉 Samira Manni : Présidente du GNI Centre Val de Loire et représentante de Cap Hotel : 21 établissements d’hôtellerie-restauration répartis un peu partout en France, dont la majorité se trouve dans la région Val de Loire. Elle a quelques hôtels encore ouverts et 3 hôtels restaurants fermés. 

 

👉 Clélia Pavanetto : Content Manager chez Skello, 1er logiciel de gestion de planning et de personnel en France. Skello travaille avec plus de 6000 clients en France dont beaucoup de restaurateurs : Groupe Bertrand, Eataly, Pokawa, Hippopotamus, Bio Burger, Jour...

 

Regarder le replay    

 

🔗 Garder le lien pendant la fermeture

 

Prise de nouvelles

 

Au restaurant Bidule, Sonia Alves a rappelé un cuisinier et un serveur pour réaliser la vente à emporter et garder le rythme, même s’ils ne sont pas à temps complet. Depuis le mois de novembre, c’est compliqué. Et depuis mars dernier, le restaurant ouvre / ferme et la baisse de moral est présente. Pour rester une équipe, il est important de laisser travailler quelques employés. Pour le reste des employés, Sonia organise des appels réguliers ainsi que des réunions : le contact entre l’équipe de ce restaurant est amical voire familial, c’est une petite entreprise. Ces derniers travaillent à côté et font de l’intérim. Sonia Alves précise tout de même qu’elle craint qu’ils n’aient plus envie de revenir à la reprise. En effet, avec leur travail actuel, ils ont tous leurs week-end et leurs soirées.

 

Du côté de Samira Manni, il y a eu différentes prises de compte via des groupes Whatsapp sur les différents établissements qu’elle gère. Au début, ils avaient peur d’avoir des problématiques juridiques en cas de contact avec les équipes au chômage partiel. Ainsi, ce sont les directeurs ayant des relations de proximité avec leurs salariés qui ont mis en place des groupes whatsapp sur la base du volontariat. Il s’agit donc d’une proposition de rester en contact, cela élimine donc toute problématique juridique. Elle donne l’exemple du Mercure Hôtel, où tous les salariés sont restés en contact après le premier volet du confinement. C’était un choc pour eux tous : on parle de 28 salariés, 107 chambres d’hôtels en plein centre ville. Du jour au lendemain, les salariés se sont retrouvés chez eux alors qu’ils avaient l’habitude d’être tous ensemble avec une assiduité à tenir, un rythme de travail soutenu, des habitudes… Ces groupes whatsapp non imposés ont donc permis à tout le monde de garder une certaine proximité.

 

Actions caritatives

 

Pendant le premier confinement, on a l’exemple de beaucoup de restaurants ayant pris l’initiative de fournir des repas pour les soignants, les hôpitaux. Ce type d’action permet de remettre en jambes une équipe autour d’une cause noble.

 

Nous avons l’exemple de Skello, qui s’est engagé auprès de l’association Entourage durant le premier confinement.

 

Rendez-vous conviviaux

 

Organiser des petits ateliers, goûters, petits déjeuners en physique ou à distance permet de maintenir la cohésion de certaines équipes.

 

Par exemple, dans les établissements de Samira Manni, en plus des groupes whatsapp, des goûters conviviaux ont été mis en place : ateliers de crêpes, ateliers de cannelés… Les équipes ont travaillé ensemble en cuisine, ce qui les a changé du quotidien du chômage partiel où ils tournent en rond chez eux. Ça a permis de couper la routine. Côté hôtels, ils ont organisé des petits déjeuners où ils se sont retrouvés ensemble pour échanger. Certains salariés étaient ravis de ce concept, très demandeurs. Mais la réalité des faits est telle que d’autres, qui sont maintenant habitués au rythme qui n’est pas celui du CHR, ont grincé des dents pour venir au petit déjeuner, qui était pour autant proposé sur base de volontariat. Si vous souhaitez organiser ce type d’événements pour votre établissement, notez qu’il est possible de le faire tout en étant protégé au niveau juridique : si un mail d’invitation part avec la mention “si vous souhaitez vous retrouver et retrouver vos collègues autour d’un moment convivial” et qu’il n’y a pas d’imposition, il n’y a aucune problématique juridique.

 

“Challenges” entre équipes 

 

Certains restaurants vont par exemple initier des concours entre équipes sur whatsapp. Attention, ces actions doivent être non imposées et idéalement proposées par un chef d’équipe et non pas par un dirigeant. Vous pouvez par exemple organiser un concours de cuisine, où les employés pourront donc échanger avec des photos et vidéos autour de nouveautés, recettes, innovations sur des recettes existantes du restaurant… C’est une bonne manière d’échanger, de blaguer, de se former. Les salariés peuvent poster des recettes qu’ils testent depuis chez eux, challenger les autres de l’équipe pour reproduire ces recettes et en imaginer de nouvelles. C’est un moyen de faire en sorte que les employés gardent un pied dans le business, et de stimuler la créativité en cette période où l’inactivité peut annihiler tout ça.

 

Les impliquer dans le projet d’entreprise

 

Si votre établissement est en travaux ou que vous profitez de la période pour faire des réflexions stratégiques : vous pouvez toujours, sur base de volontariat, en informer vos salariés et leur donner leur avis, les inciter à réfléchir pour avoir des propositions d’amélioration.

 

Les rassurer sur la santé du restaurant


Cela dépendra bien sûr de l’état de la trésorerie de votre restaurant. Mais la clé, c’est d’être transparent : informez vos collaborateurs des avancées du projet, de vos décisions sanitaires, de la situation financière… Il ne faut pas les inquiéter mais il faut être honnête et savoir aussi les rassurer si cela est possible. Suivant la typologie des salariés, on va les informer différemment. Au GNI, par exemple, l’information est redescendu au niveau des directeurs du GNI, qui eux-mêmes vont relayer les informations à leurs salariés. Certains salariés suivront les actualités de manière optimale, d’autres moins.

 

✔️ Inciter vos équipes à rester à jour

 

Proposer des formations

 

Proposer des formations, c’est l’occasion de découvrir de nouvelles techniques, de creuser l’utilisation du PMS en hôtellerie, de s’essayer à de nouvelles cultures culinaires en restauration, mais également de s’ouvrir aux univers de l’e-réputation par exemple. Des centres de formations dispensent de plus en plus de formations dédiées au renforcement mental et physique des équipes et des managers, pour anticiper le retour violent à un rythme effréné.  

 

Samira Manni précise que chez Cap Hotel, beaucoup de formations existent déjà en interne. En revanche, ce qui manquait réellement à ses managers, c’était une montée en compétences au niveau commercial. Pendant le confinement, une formation commerciale a donc été mise en place pour tous les directeurs. Ils étaient ravis car ils se sont retrouvés ensemble, ont appris à faire leur pitch commerciale, à développer leur réseaux et les partenariats… Il y avait vraiment un besoin au niveau de la prospection. Ça fait partie d’un projet stratégique de faire évoluer les salariés, donc quelque part, ils ont participé à ce projet stratégique de l’entreprise. Attention, cette formation était obligatoire pour tous les directeurs, il faut faire attention à la compter donc comme une journée de travail pour eux. 

 

En temps normal, c’est dur de trouver le temps pour envoyer les employés en formation, donc prenez cette période pour le faire ! Encouragez vos équipes. 

 

Proposer un coaching 

 

Proposez un coaching mental et physique juste avant la réouverture à vos employés. Si la date de réouverture est annoncée suffisamment tôt, vous pouvez envisager un coaching pour toute l’équipe. L’important va être de redonner un rythme avant la reprise, de recréer une énergie physique et mentale pour que le redémarrage ne soit pas trop douloureux. Des initiatives locales vous accompagnent dans cette démarche. C’est le cas de la Métropole Orléans en partenariat avec la CCI Val de Loire et le GNI Centre Val de Loire qui préparent une série de webinaires : faire du sport en collectif, partir en WE avec l’équipe… Les gens sont un peu perdus, ne savent pas si physiquement ils vont tenir le compte à la réouverture. 

 

D’autres actions à envisager : 

 

👉 Envoyer des actualités du métier pour que vos équipes restent informées

 

👉 Envoyer des liens vers des tutos en ligne pour s’exercer même depuis la maison

 

🌟 Anticiper les décrochages en valorisant le métier

 

Il est important de préparer les recrutements de la réouverture en menant des actions de valorisation du métier et de communication auprès des collégiens, lycéens et demandeurs d’emploi.

 

Par exemple, le GNI Centre Val de Loire a lancé des projets pour trouver de  nouvelles forces vives : ils vont présenter leurs métiers en immersion dans les associations, collèges et lycées auprès des jeunes (cuisine, réception, chambres…). Le 17 mai 2021, aura aussi lieu “Le printemps de la restauration”  il y aura diffétrents établissements et organismes de formation présents et les jeunes vont passer de stand en stand. On leur donnera des informations sur le cursus scolaire nécessaire, les formations pour arriver jusqu’aux métiers du CHR. En effet, avant la crise, ces métiers là étaient déjà en tension et c’est car il y a peu d’informations concrètes à ce sujet. Le CHR n’est pas assez mis en avant dans l’orientation des élèves et il faut y remédier en permettant aux élèves de 4ème et 3ème de rencontrer des professionnels.

 

📲 Equiper son établissement pour une reprise plus efficace

 

Se moderniser à la reprise va être synonyme de réussite. La digitalisation va être le point déterminant de la réussite. Les professionnels veulent se concentrer sur l’innovation pour pouvoir se démarquer au sein d’un environnement de plus en plus compétitif. Pourquoi ? Parce que se digitaliser va vous permettre : 

 

👉 D’attirer de nouveaux talents, de nouvelles recrues jeunes et qui apprécient les outils digitaux 

👉 D’être plus efficaces en automatisant certaines tâches administratives sans plus value. 

 

Par exemple, sur Skello, vous allez pouvoir : 

 

👉 Communiquer en temps réel avec tous vos employés via SMS, messagerie interne à Skello et via des notifications. Tous les employés peuvent télécharger notre application et ils y indiqueront leurs congés, échangeront leurs shifts entre eux, recevront leurs plannings. Vous pourrez aussi leur envoyer un message individuel ou simultané pour les informer d’une nouvelle concernant votre entreprise ! Les employés gagnent ainsi en autonomie.

 

👉 Améliorer la relation avec vos employés en étant davantage flexible avec eux au niveau de l’organisation de travail : en ayant des plannings simples d’utilisation et collaboratifs, vous allez pouvoir anticiper les imprévus, choisir les shifts de vos employés en fonction de leurs préférences et récolter des variables de paie justes. Plus d’erreurs sur les bulletins de paie pour plus de satisfaction.

 

Pour connaître tous les outils qui sont sur le marché, vous pouvez aller consulter la page Marketplace du Food Hotel Tech.

 

N’en doutez plus : la reprise de l’activité doit s’anticiper dès à présent. Il n’est pas trop tard pour appeler et remotiver les équipes, les préparer à la reprise et organiser le retour à l’emploi de manière plus performante.

Articles similaires

Planifiez vos succès !

Un accès complet aux nouveautés de votre secteur !
🙌 Votre email a bien été enregistré
Oops! Something went wrong while submitting the form.